• La flûte de pan en questions

    Qu’est ce que  la flûte de pan ? 

     

     

    La flûte de pan est  un instrument à vent traditionnel que l’on retrouve  en Europe, Asie,  Afrique et  Amérique du Sud  et  Océanie.  

     Elle est  constituée  de plusieurs  tubes, des  chaumes, faits de  bambou, de  bois,  de  verre, de PVC  ou de cuivre pour certaines flûtes contemporaines, agencées  en enfilades,  de  diamètres et  de longueurs différentes, progressivement croissants et  permettent la  production de  sons  de  hauteurs  différentes.  

     

    La façon propre à chaque musicien d’orienter le pinceau d’air  qui vient se briser sur le biseau de chaque tube produira un son variable en hauteur,  en intensité et en timbre

        

    Quelle est  l’origine de  la flûte de pan ?

     

     L’origine géographique et  la datation de  la flûte  de pan reste encore  imprécise :  Europe centrale,  Grèce,  Ukraine ? Les  premières  flûtes  retrouvées étaient  de  rudimentaires instruments  constitués  de quelques  chaumes  en roseaux ou en Os  creux.  

     

     Mais  pourquoi  parle-t-on de  flûte de  pan ?  

     

    Le  dieu  Pan : Dieu pan

     Dans  La  mythologie grecque,  bien que sa  filiation reste imprécise, on considère que Pan nait en Arcadie, de l’union du Dieu  Hermes  et  d’une  nymphe.  

     Il est décrit comme étant mi homme, mi animal, avec un corps d’homme, velu, ayant des pieds de bouc, une queue, des cornes, une barbe, un nez recourbé et des oreilles pointues. Une laideur qui effraye sa mère à sa naissance et qui sera responsable de son abandon.  

     Certaines versions prétendent qu’il est rejeté par les  dieux du  mont  Olympe en raison de sa laideur et  trouvera  refuge  dans  son Arcadie natale,  au sein d’une nature abondante,  évoluant entre les troupeaux  et les bergers, les nymphes et les satyres. 

     Selon l’hymne homérique, il est le fils de Mercure,  qui le recueille après son abandon et le présente aux  dieux  du mont Olympe qui l’accueillent tous avec  une  grande   réjouissance et  le  nomment «Pan».  Pan signifie  «tout /totalité» en grec ancien.  

     Pan est  considéré  comme le  dieu de la nature, le dieu des bergers, des pâturages. Bienveillant en vers la nature,  il est aussi le dieu de la fécondité et de la fertilité

     On lui décrit une appétence sexuelle particulière pour les nymphes et les satyres.  

     D’un tempérament solitaire, il est fasciné par la création du son, il aime la musique, mais aussi le silence et le repos... Gare a qui le dérange durant son sommeil...

     Enfin, en raison de  son apparence  qui effraye  les  foules jusqu’à provoquer l’hystérie,  il est  considéré comme le  dieu  de  la  Foule.  Il faut d’ailleurs y voir l'étymologie du  mot «panique». 

     

    Le mythe de  Syrinx :  

     

    mythe de SyrinxSyrinx est une  nymphe d’Arcadie qui se consacre  à Diane, déesse  de  la vierge. Elle est régulièrement pourchassée par  les  satyres et les dieux des bois mais  parvient toujours à leur échapper.  

     Le dieu Pan épris de  désir pour  elle tente  à son tour de la séduire,  mais elle reste fidèle à ses convictions et refuse ses avances.  Tentant  de  lui échapper  elle  se retrouve rapidement arrêtée dans  sa  course par les bords sablonneux  du  fleuve Ladon, entre roseaux et églantiers.  

     Elle  supplie alors ses soeurs  les  naiades du fleuve de la transformer en roseau  pour échapper au dieu Pan.  Au  moment ou il croit enfin la tenir dans ses  bras,  il  se retrouve  avec une  poignée de  bambous en lieu et place de  la nymphe, qu’il brise  de  colère.  

     Un  soupir  de  désespoir vient alors se  perdre dans les profondeurs des roseaux brisés et c’est alors  que  se fait entendre un son doux,  fin,   timbré : la  voix de la  Syrinx qu’il venait d’emprisonner dans ses bras.  Il entreprend  alors de  fabriquer  un instrument de  musique  en assemblant  les  roseaux, et  crée  la  flûte de pan,  également appelée  «Syrinx».  

     

    Et  pour ceux  que  ma  prose pourrait ennuyer,  voici l’histoire en  image et  en musique : 

     

    Michel Tirabosco concert in Petit Globe from Pete G&V on Myspace.

     

    Pour la petite  anecdote :  

     Partageant  sa passion pour  la musique avec le  Dieu  Appolon,  Pan  lui propose un concours  opposant sa  Syrinx et  la Lyra  de  son  rival.  Appolon est  jugé vainqueur  par la  majorité...

    Ou que tu sois  Dieu Pan,  si tu nous lis,  saches que rien n’a changé...  Mais on y travaille tous... 

     

     Le paradoxe du Dieu pan :  

     Effrayant, colérique, solitaire mais  aussi  sensible, bienveillant et attachant,  Pan est  le dieu du «Tout». Il est le dieu d’une  nature luxuriante, abondante, pérenne, généreuse et parfois redoutable.. mais  toujours  tellement fragile... 

    A l’image de  son dieu la  flûte de pan est  un instrument  complet,  de  caractère, de  sensibilité et  toujours  d’un incroyable potentiel expressif...  

     

    Quelle flûte de pan ?

     

    La  flûte de pan,  La syrinx est un terme  générique qui  désigne l’ensemble des  flûtes réalisées par  un procédé  d’assemblage de  chaumes.  Il en existe  plusieurs  catégories  selon la  morphologie de  la  flute, le  degré de  courbure,  le pays  ou elle est utilisée et  le  folklore  qui  s’y rapporte.  

     

    Le Nai Roumain,

     

     

    Un instrument témoin d’une histoire et  résolument tourné vers  l’avenir. 

     

     Le  Nai Roumain  est une flûte de pan dont l’embouchure est  courbe et  particulièrement travaillée dans le sens  du jeu  fluide, léger, rapide et dynamique que  requiert l’exécution de danses  folkloriques. De la même manière,  la finesse de l’instrument permet un travail de recherche autour du timbre et la textualisation de la musique pour  apporter  à la Doina, cette «lamentation» roumaine,  sa dimension solennelle, mélancolique et divine .

     

     Les  différents  tubes  sont solidement fixés et collés  les  uns  aux  autres.  Le tube est fermé  à son extrémité  inférieure et accordé  à la cire  d’abeille  pour  produire  la hauteur  voulue. 

     Les recherches  de  Patrick  Kersalé,  éthnomusicologue et  flutiste de pan confirmé  ont  permi  de dater  la présence  du  nai en roumain au  XVIème sicèles (Plus de  détails  sur  le  site  de Gilles Patrat «flûte de pan.fr»). 

     L’instrument  était alors représenté  en  Valachie et  Moldavie essentiellement. Il était alors  joué  par les ménétriers TZIGANES en formations constituées de  violons,  d’une «cobza» et  d’une  «mandore».  

     

     

    Fanica LucaFanica Luca  est  l'un des  pionniers à avoir entrepris l'exportation de  l'instrument en Europe et  outre atlantique. 

     

     

    Dans les années 70/80, Georges ZAMFIR aura contribué à populariser l'instrument, en particulier en collaborant avec le  célèbre  organiste Marcel Cellier

     

     

    La tessiture  n’a  cessé  d’évoluer,  passant  de  5  tubes  initialement  à, aujourd’hui, 26 tubes ou plus parfois. Le  jeu  tzigane  et  le jeu  du  répertoire roumain est  parfaitement  adapté  au  NAI ALTO en tonalité  de  sol,  léger, maniable. Ces  instruments reproduisent  bien le  registre des  voix tziganes. 

    Nai ALTO

     

     

    Ayant gagné  en tessiture dans  les graves, le NAI TENOR  est  de  plus  en plus  privilégié  pour  un  répertoire  plus  large et  plus varié.  De  façon conventionnelle  la tessiture  s’étend du  Ré3  au Sol6,  et accordé  en  Sol.  

     La flûte de pan en questionsCependant,  le  flûtiste  Michel Tirabosco a  démocratisé  l’usage  du ténor  accordé  en DO  dont  la tessiture  s’étend  du  Do3  au Fa 6 ou Sol6 selon les flûtes.  Le  ténor 25 ou 26 tubes en Do  a donc  une  tessiture  équivalente  à celle  de  la  flûte traversière  et  permet  de  jouer  une  multitude de répertoires  différents : du folklore au  style  contemporain,  en passant  par  le  Classique et  le Jazz.  

     Il existe  peu de compositions  originales  pour  flûte de  pan, le  répertoire  est fait de transcriptions  essentiellement :  du répertoire  pour  violon, flûte  guitare etc.  Les  possibilités sont  infinies.  

     Aujourd’hui, de  plus en plus  de  compositeurs  contemporains s’intéressent au  potentiel  expressif de  l’instrument tant  les  flûtistes  professionnels, avec  leur patience, leur  travail et  leur  intelligence, ont  su développer  une  technique propre  à la  flûte de  pan. Cet essor de la technique flutistique leur a permis de  passer  outre  les  barrières  techniques  et de  hisser la Syrinx  au  rang des  instruments  solistes.

    Il s’integre aujourd’hui parfaitement  aux orchestres  classiques !

     

     

     Les autres flûtes du monde :

     

    Ce sont entre autres les  flûtes  des Andes : le  Siku ou la Zampoña 

     La  zampoña est la  flûte de  pan  des  Andes.  Le  principe  est  identique. Il  s’agit  deLa flûte de pan en questions l’agencement  de  différents  tubes  fermés  de  diamètre  et  de  longueur  différente.  Elle  est  a  l’origine  droite, constituée de plusieurs rangées de tubes, ficelés  les  uns  aux  autres. Le plus  souvent,  elle  est accordée en  sol. Elle  suit  le  modèle  roumain dans  le  sens  ou  il en existe de plus  en plus  de variétés qui diffèrent  par  la tessiture et  l’accord.   Certains  spécialistes du répertoire des Andes, jouent à présent  sur  des  flûtes courbes d’inspiration roumaine. 

     La zampoña est l’un des  instruments  les  plus caractéristiques  du répertoire  des Andes, utilisée  pour  toute  occasion festive et  communautaire. Le  mot  zampoña  proviendrait  de la déformation du  mot «sinfonia». Au  temps  de  la  conquête du  nouveau  monde,  ce mot désignait  «la musique des  colombs» et  «l’instrument musical» par  association d’idées.

     

     Plus  de détails  sur les  autres variétés de  flûtes,  sur  le site de  notre ami Gilles Patrat.  

     En France : le Fresteu Provençal.  

     En Italie le : Firlinfeu.   

     Les  flûtes de Ménalaisie (Iles Salomon)

      - Flûtes  reclilignes,

      - Flûtes en  faiscaux

     Flutes de pan Nyanga du Mozambique.

    et d'autres  encore 

     

    Article édité par Ryma.