• Une bonne flûte de pan

     Une bonne flûte de pan 

    Choisir et acheter sa flûte

      Entretien de la flûte de pan

        Rencontre avec le facteur Steffen Kuttner

           

     

     

       Les caractéristiques d’une bonne flûte de pan : 

     

    La  meilleur flûte de  pan,  sera  finalement la  votre !  Celle  sur la quelle  vous  vous sentirez  à l’aise.  Celle  qui vous demandera  le moins  d’énergie  pour  produire le  son qui vous plait et qui vous laissera le loisir de  vous exprimer avec  ce qu’il en reste.  

     Il y a cependant  quelques  caractéristiques aux quelles  il faudra  prêter  attention.  

     

     Le poids  et  la dimension :  

    Pour  faciliter le  jeu  une  flûte doit rester légère.  C’est le  gage  d’une bonne détente,  d’une  mobilisation maximale  de  la flûte (et  non de  la tête) pour  assurer  ses  intervalles  et  faciliter  l’inclinaison de  la flûte lorsqu’il s’agit  de  «fabriquer» le  chromatisme.  

     

    L’embouchure :  

    Elle est  dépendante  de  la morphologie est  des habitudes  de  jeu du flûtiste.  Elle  se définit  certainement avec  du temps...  Certains  préfèreront un  biseau  prononcé  vers  l’extérieur, d’autre  un biseau prononcé  vers  l’intérieur,  d’autres  un peu des  deux... Certains  préfèrent une  embouchure  complètement droite...  Tout dépend  de  la  manière  dont  vous  souhaitez  l’incliner  et  du  ratio rondeur/timbre que vous souhaitez  donner à votre son.

    Tout  le monde  s’accorde  à dire  que l’embouchure  doit être douce  pour ne pas  blesser la lèvre.  

     L’embouchure doit être bien poncée afin d’éviter les angles susceptibles de  provoquer des à coup dans  le  jeu. Le méplat entre  deux  tubes  doit  être le plus fin possible afin d’optimiser le légato et les trilles.   

     

    Le calibre des tubes : 

    La encore c’est  affaire de  gout,  plus  le  calibre est  important, plus la flûte sera sonore mais  la plupart souhaite des  tubes  de  diamètre réduit et  d’épaisseur  fine afin d’affiner le  son au maximum, d’économiser du souffle et  de  faciliter la réalisation des intervalle.  

     

    La régularité des  tubes.  

    Capitale  pour  optimiser la  rondeur du son et  la précision du jeu et  assurer  une  bonne  longévité à la flûte.  L’intérieur  doit  être  lisse pour  permettre au pinceau d’air de mieux  glisser dans le tube et éviter les déperditions d’énergie ; comme  une  "peau de  bébé"  selon Ulrich Herkenhoff, et  non comme  "un homme mal rasé"... 

     

    Le matériau :  

    Le  matériau originel est  le  bambou.  Le bambou de  Tonkin est  particulièrement prisé pour  ses  qualités acoustiques et sa résistance  mais  est  également difficile à travailler.  Le  bois  tourné  permet une  belle  panoplie de  réalisations  selon les  essences  utilisées et  le  soin apporté aux finitions.  Certains  disent que  le bambou est  idéal pour le  folkore et  le bois  pour  le  classique.  D’autres  ne jurent que  par le bambou. Certains  s’orientent vers  le  cuivre,  le  verre.  La  c’est  à faire  de goût. Mais  celui qui aura  le dernier mot,  c’est  encore le son de  votre flûte !

     

    Le son : 

    Le  bon équilibre entre  rondeur et  timbre.  L’intensité  en volume souhaitée.  L’homogénéité du son sur les différents tubes. La facilité d’émission dans les registres extrêmes en particulier.  C'est ainsi qu'on peut dire  qu'une  flûte sonne bien !

     

    Article édité par Ryma.